La vie en télétravail selon Jean-Philippe Martin

Par Mirego

La pandémie et le confinement prolongé ont changé la réalité et la vision des espaces de travail de plusieurs entreprises. Chez Mirego, nous sommes soucieux de bâtir pour notre équipe le meilleur endroit où travailler et c’est pour cette raison que nous avons décidé de lui permettre de travailler où elle le veut, quand elle le veut.

C’est la réalité de Jean-Philippe Martin, développeur iOS chez Mirego depuis plus de six ans. En pouvant choisir où et quand il veut travailler, il a réussi à avoir un meilleur équilibre entre sa vie familiale et sa vie professionnelle. 

Quelle était ta réalité de travail avant la pandémie?

Je suis chez Mirego depuis septembre 2015. Les trois premières années, je travaillais à 100% du bureau de Québec. Puis, ma copine a terminé ses études et on a décidé de faire un retour en région, étant tous deux originaires de Rimouski. À ce moment-là, on n'avait pas encore d’enfants alors on a gardé notre appart à Québec. Chaque semaine, je faisais l’aller-retour Québec-Rimouski. 

Puis, la transition s’est faite de manière progressive et je suis devenu l’un des premiers membre de l'équipe à être en télétravail 100% du temps. Mes collègues savaient que je travaillais bien de la maison et ça fonctionnait très bien pour moi. Il faut dire que bien avant la pandémie, toute l’équipe de Mirego était déjà très bien outillée pour les vidéoconférences, le travail à distance et les rencontres remote.

Qu’est-ce que la pandémie a changé dans ta vie?

Grâce à ma transition vers le télétravail juste avant la pandémie, j’étais bien prêt à vivre la réalité de mars 2020 ! Ce que cela a changé, c’est que tout le monde a été forcé de vivre dans le même contexte que moi. Maintenant, tout le monde sait c’est quoi travailler de la maison en ayant ton enfant qui est malade ou des imprévus qui peuvent venir perturber tes réunions !

Pour moi, effectuer un retour dans le Bas-St-Laurent pour fonder ma famille a été une grande motivation à adopter un style de vie où le télétravail est la normalité. Par choix, je travaille souvent le soir parce que le jour, je vais courir, ou je vais chercher mon garçon à la garderie. Mirego me fait confiance, l’équipe sait que je fais avancer les projets. J’ai la flexibilité nécessaire pour tricoter mon horaire selon mes activités et ma vie familiale et ça me procure une liberté qui vaut plus que de l’or pour moi. 

Comment prévois-tu organiser ton horaire de travail à l’avenir?

Comme je prévois garder mon horaire de travail flexible et en télétravail, il sera important pour moi de maintenir la proximité avec mes collègues. À date, ça se passe bien. J’ai trouvé un bon équilibre entre les rencontres et les événements virtuels. Que ça soit sur Zoom ou sur Meet, on peut se faire des dîners d’équipe, ou juste manger ensemble pour se voir, sans nécessairement travailler sur un projet. Il y a aussi les Mireclubs, où l'on se réunit autour de passions communes. Je suis dans le Mireclub de course et ça me permet de suivre les progrès des autres, de me motiver à courir plus souvent et de faire mon "social" à distance. Pour les événements physiques comme les 5@7, je me déplace pour y être. J’aime garder cette proximité grâce aux activités. 


La vision de Jean-Philippe te parle-t-elle? Joins-toi à nous !

Plus que jamais chez Mirego, nous croyons en la flexibilité des horaires qui permettent aux gens de travailler où ils le veulent, quand ils le veulent. Cela permet aux membres de l’équipe d’être plus productifs, car ils peuvent faire leur propre horaire en arrimant travail, vie personnelle et vie familiale.